Warning: Illegal string offset 'title_link' in /home/veodesi1/public_html/wp-content/themes/VEO-v5/parts/loop-single.php on line 29
3 leçons importantes apprises à l’école de design

3 leçons importantes apprises à l’école de design

  •   0 commentaires

  •  
Partager

Au printemps 2011, j’ai gradué de l’université Concordia après y avoir complété un Baccalauréat de Beaux-Arts en Design. Alors que j’étais pleine d’espoir et de rêves en mettant le pied dans l’institution 3 ans auparavant, mes illusions, en moins d’un semestre, ont été rapidement détruites et remplacées par le goût acide de la déception dans ma bouche. J’ai tout de même continué et j’ai complété tous mes cours requis car je n’ai jamais été du genre à abandonner, surtout pas lorsqu’il s’agit d’éducation.

L’école de design était dispendieuse et, bien que j’y ai appris quelques trucs ici et là, je n’arrive toujours pas à me décider aujourd’hui à savoir si mon éducation valait tout l’argent que j’y ai investi. Au final, cependant, je possède maintenant un bout de papier avec une étampe dessus certifiant que je suis une vraie designer.

Cet article est le début d’une série, alors préparez-vous pour de l’action. Ce n’est pas vrai que j’ai dépensé des milliers de dollars dans mon éducation pour n’écrire qu’un article sur le sujet! J’ai aussi acheté avec tout ce cash le droit de critiquer l’université où j’ai étudié pendant 3 ans. Voici donc 3 leçons importantes que j’ai apprises à l’école de design:

 

1. Si vous voulez vraiment apprendre quelque chose, apprenez-le par vous-même

Si l’université ou le collège auquel vous allez (ou êtes allé) ressemble un peu à la mienne, vous réaliserez assez vite que ce qui y est enseigné est trop souvent théorique et qu’il y a très peu de matériel que vous pourrez appliquer dans votre travail en dehors des murs de l’école. Vous apprendrez peut-être quelques principes de design de temps en temps dans quelques cours mais vous ne les maîtriserez pas à moins d’aller plus loin et de travailler par vous-même. Cela veut dire de ne pas se limiter au minimum requis.

Contrairement à vos enseignants, vos clients ne vous donneront pas de simples notes. Ils demanderont et s’attendront à ce que vous produisiez du travail de qualité. Si vous n’arrivez pas à leur fournir les services pour lesquels ils vous paient, ils arrêteront simplement de travailler avec vous indéfiniment. Contrairement à l’école, il sera très difficile et désavantageux pour vous d’essayer de raconter des sottises à vos clients afin de cacher vos lacunes en design; vous finirez toujours par vous faire démasquer.

Si vous désirez réellement maîtriser une technique et vous améliorer en tant que designer, apprenez et pratiquez par vous-même hors de l’école. Cela vous différentiera des autres étudiants; vous serez le vrai designer parmi les amateurs.

 

2. Choisissez bien vos partenaires pour éviter les désastres d’équipe

L’université fait la promotion du travail d’équipe et il n’y a rien de mal à cela… sauf si on ne vous laisse pas la liberté de choisir les membres de votre équipe. Bien que j’aie eu le plaisir de rencontrer des gens incroyables à quelques reprises, je garde en mémoire beaucoup plus de mauvais souvenirs reliés au travail en équipe avec des gens que je ne connaissais pas ou que je n’aimais pas. Nous les avons tous rencontrés; les “p’tits boss des bécosses” qui veulent prendre toutes les décisions, les divas qui sèment la zizanie et qui se nourrissent de drame, puis les limaces qui, malgré leurs promesses du contraire, ne produisent rien et vous glissent en main leur part du travail. Parfois, une idée de design géniale peut muter en un produit hideux à cause d’un seul membre du groupe. Bien que les cours centrés sur le travail d’équipe dans les institutions de design portent des noms raffinés, (ex. Recherche en Design Intégrative à Concordia), ils ne sont en réalité que des noms de code pour “Prévention de désastres en équipe 101”.

Si vous travaillez dans un bureau, vous aurez peut-être à revivre cette expérience mais vous aurez au moins l’université à remercier pour vous avoir préparé au pire. Si vous êtes cependant un freelancer ou pigiste, vous aurez la chance de choisir vos partenaires en affaires et, basé sur vos expériences à l’école de design, vous saurez déjà quels types de personnes éviter et avec qui vous travaillez le mieux.

Après avoir goûté au travail d’équipe à l’université, vous saurez sans doute mieux comment gérer les situations de crise en groupe. Vous saurez aussi comment éviter les situations désastreuses en vous tenant loin des gens avec qui vous ne vous entendez pas bien dans votre vie professionnelle.

 

3. Les titres et les diplômes ne veulent rien dire sans expérience

Avoir un diplôme ne fait pas de vous un vrai designer ou professionnel. Je peux avouer en toute honnêteté qu’au moins un tiers des étudiants qui ont gradués en même temps que moi en design au printemps 2011 n’avaient aucun talent ni la motivation de s’améliorer dans leur domaine. Leur travail était souvent médiocre, au mieux très ennuyeux, et aurais-je été leur enseignante, je leur aurais attribué un échec. Cela ne les a pas empêché cependant d’obtenir leur diplôme et de se proclamer des designers même si, clairement, la plupart d’entre eux se sont montrés incapables pendant 3 ans de produire quoi que ce soit de bon.

J’ai observé le même phénomène avec des professeurs qui se présentaient comme des experts dans un champ à cause de leur titre distingué, alors qu’en réalité ils n’avaient aucune idée de ce qu’ils faisaient. Un de mes enseignants en web par exemple, quoi que très aimable, n’avait aucune idée de la matière à enseigner. Probablement conscient de certaines de ses lacunes, il invitait parfois en classe une programmeuse web à venir enseigner le HTML, CSS et Javascript. Le seul hic est que, dans son ignorance, il amenait en classe une femme qui, en 2010, utilisait toujours des tableaux dans ses designs pour nous enseigner une matière qu’elle ne maîtrisait clairement pas non plus. Elle n’était pas à jour dans ses connaissances. Une situation similaire s’est aussi produite avec une enseignante qui se nommait ouvertement architecte active quoiqu’elle n’ait jamais travaillé en architecture, de loin ou de près. Ce qu’elle était véritablement, c’était une recherchiste, bien qu’elle prétendait être quelque chose de plus grandiose (et fantaisiste, dans ce cas-ci).

Ce qui fait de vous un designer n’est pas votre diplôme mais plutôt vos connaissances et votre expérience. Par exemple, vous pourriez dire que vous êtes un grand nageur, ayant lu des milliers de livres sur le sujet, mais tant que vous n’aurez pas sauté à l’eau et prouvé que vous pouvez véritablement bien nager, vous n’en serez jamais un. C’est la même chose dans toutes les autres disciplines. Alors ne vous assoyez pas sur votre diplôme; méritez-le.

 

Avez-vous appris quelque chose d’important à l’école que vous aimeriez partager avec nous? Laissez un commentaire!

À propos de l'auteur

Tina Mailhot-Roberge est une graphiste, designer web et illustratrice vivant à Montréal. Elle possède un BFA en Design de l'Université Concordia. Elle pratique comme professionnelle dans le domaine artistique depuis 2007.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *